dimanche 15 janvier 2017

La crypte aux murs couverts d'inscriptions du monastère du Vieux Dongola


Photos Université de Varsovie

Une crypte aux murs couverts d'inscriptions réalisées à l'encre noire en copte grecque et en Sahidic a été découverte en 1993 par la Mission polonaise au Dongola.

La crypte a été creusée dans un monastère à Old Dongola, la capitale d'un royaume médiéval perdu qui a prospéré dans la vallée du Nil. Cette crypte vieille de 900 ans est couverte de mystérieuses inscriptions "qui la protège du mal".
Les inscriptions comprennent des textes religieux, des noms magiques et des signes mystérieux.
Des extraits des évangiles de Luc, Jean, Marc et Matthieu, ainsi que des noms et des signes magiques tapissaient les murs. Une prière donnée par la Vierge Marie, à la fin de laquelle la mort lui apparaît "sous la forme d'un coq" a également été découvert.
Des recherches pour comprendre quelques inscriptions restées mystérieuses sont toujours en cours et un dossier complet des textes doit être révélé dans un proche avenir.

Ces écrits étaient destinés à protéger non seulement la tombe, mais surtout ceux qui y ont été enterrés  pendant la période qui sépare le moment de la mort et leur comparution devant le trône de Dieu, écrit Adam Lajtar de l'Université de Varsovie.

Selon les chercheurs, l'épitaphe de l'Archevêque Georgios a été trouvée à proximité, indiquant qu'il est mort en l'an 1113 à l'âge de 82 ans. Ils pensent que l'un des corps momifiés au sein de la crypte est l'Archevêque Georgios, chef religieux extrêmement puissant dans l'ancien royaume Makuria. En tout, sept corps momifiés ont été trouvés.  Les autres momies présentes dans la crypte étaient des hommes (moines) d'environ 40 ans.
Ils étaient tous vêtus très simplement de vêtements de lin.
La crypte a probablement été scellée après le dernier des enterrements.

Au moment de la création de la crypte, Makuria était à son apogée. Ses rois étaient alors au pouvoir du Vieux Dongola, territoire situé en grande partie dans le Soudan moderne et certaines parties du sud de l'Egypte.

Le royaume fut surtout prospère entre 750 et 1150. Cependant, l'augmentation des hostilités de l'Egypte et les discordes internes ont conduit à l'effondrement de l'Etat au 14ème siècle.




Le cimetière du village abandonné de Old Dongola - Les tombes en forme de ruche


Le Schembart Carnaval de Nuremberg (1590)

Voici quelques illustrations provenant d'un manuscrit du 16ème siècle (1590) sur le "Schembart Carnaval de Nuremberg", (littéralement «barbe-masque" carnaval).

Le mot "Schembart", dans la langue vernaculaire Schembert, est un mot allemand du XIIIème siècle qui désigne les masques grotesques utilisés dans lesquels la barbe est le principal élément. Les porteurs de masques étaient célibataires souvent déguisés en hommes sauvages ou en diables.

C'est à partir de 1449 que le Carnaval de Nuremberg fut populaire jusqu'après la fin du 15ème siècle. Il se termina en 1539 en raison des plaintes déposées par quelques notables et surtout un prédicateur influent nommé Osiander. L'homme s'opposa au carnaval en raison de son effigie exposée sur un char. Celle-ci le représentait jouant au backgammon entouré par des fous et des démons.

Selon la légende, le carnaval avait ses racines dans une danse (Zämertanz), effectuée par la guilde des bouchers.
Les bouchers organisaient un dîner de fête et de banquet : le Schembartlauf et "l'enfer" (Bateau des imbéciles ).
L'enfer était un grand navire monté sur patins. Il symbolisait les vertus et les vices ainsi que la symbolique des conditions sociales tout en se moquant des autorités.

Le bateau des Imbéciles

 
 
 
 
 

vendredi 30 décembre 2016

Alice au Pays des Merveilles par Vladimir Clavijo Telepnev



Le photographe russe Vladimir Clavijo Telepnev a réalisé un superbe travail sur le thème d'Alice au Pays des Merveilles. Savant mélange de fantastique et de drame, enrobé de tons sépia pour donner une touche ancienne, cette série de photos est d'une esthétique onirique tout aussi étrange que délicate.